Allocution de M.Jacques Chirac à la communauté française (7/10/04)

Résidence de France - Hanoi - Vietnam
Jeudi 7 octobre 2004
JPEG

Monsieur l’ambassadeur, madame,

Monsieur le ministre,

Monsieur Jean de GAULLE,

Mes chers compatriotes,

Je voudrais tout d’abord vous dire, et ce n’est pas un mot de circonstance, ma joie, celle de mon épouse et celle de toute la délégation qui m’accompagne, d’être aujourd’hui parmi vous à Hanoi, capitale millénaire de cette grande nation qu’est le Vietnam. J’ai plaisir à venir dans ce pays que je connais, que j’estime et que j’aime où j’effectue ma seconde visite officielle. Je veux remercier, en notre nom à tous, l’Ambassadeur de France et Madame Antoine POUILLIEUTE qui ont si bien organisé pour nous cette très chaleureuse rencontre et qui ont si bien représenté notre pays au Vietnam.

Mes chers compatriotes, dans votre grande diversité, diversité de vos situations, de vos activités, de vos talents, une même passion,je le sais, vous unit, c’est celle du Vietnam. Pays cher au cœur des Français où vous faites vivre le partenariat exemplaire que nos deux pays ont voulu sceller.

Le Vietnam et la France, c’est d’abord les legs d’une longue histoire commune. Elle fut souvent belle, parfois cruelle, jamais médiocre. La commémoration, dans un esprit de respect mutuel, du cinquantenaire de la bataille de Diên Biên Phù, témoigne de notre volonté de regarder ensemble vers l’avenir, de bâtir un destin commun. Car au-delà des heures tragiques, les relations exceptionnelles nouées à travers le temps entre le Vietnam et la France n’ont, elles, rien perdu de leur force et de leur singularité.

Cette histoire, avec ses joies et ses peines, cette relation du cœur, l’une des plus fortes qui se puissent imaginer, est l’une des pierres sur lesquelles se bâtit aujourd’hui notre relation. Pour préparer l’avenir, solidarité et investissements sont essentiels. Le Vietnam est pour la France une porte d’entrée privilégiée en Asie. Nos investissements concourent à la formidable croissance vietnamienne et aident à faire reculer la pauvreté. Mais le Vietnam a encore besoin de notre soutien. Il restera l’un des pays prioritaires pour notre aide publique au développement. Aux côtés des autorités vietnamiennes et de tous les partenaires institutionnels ou privés, la France doit continuer à mobiliser ici ses atouts en faveur du progrès et de la prospérité de la nation vietnamienne.

La France est aussi présente au Vietnam pour faire valoir avec lui des convictions et une vision du monde partagées : la nécessité d’une mondialisation plus humaine et plus solidaire ; la volonté de faire émerger un monde plus équilibré, plus conscient des défis qui se posent à lui, plus soucieux d’une meilleure répartition des richesses.

Sur toutes ces questions, nos positions sont très proches et nous entretenons un dialogue fructueux et confiant. C’est cette confiance qui nous permet d’encourager le Vietnam à poursuivre ses nécessaires réformes démocratiques et à renforcer la protection des droits de l’homme.

Notre pays est aussi présent à travers ses équipes de recherche, son travail culturel, l’enseignement de sa langue, un foisonnement d’initiatives qui traduit une passion réciproque. Nombre de collectivités locales, d’ONG, d’universités, de centres de recherche et d’hôpitaux coopèrent avec le Vietnam. Chacun de ces projets, chacune de ces alliances défend ici l’image de la France et l’avenir du Vietnam.

Je pense aussi aux femmes et aux hommes qui, de part et d’autre, cimentent notre amitié. Vous, ici, et cette importante communauté vietnamienne ou d’origine vietnamienne qui vit en France. J’en connais bien les représentants, depuis longtemps, et je les rencontre régulièrement. De nombreuses familles françaises ont également tissé les liens du cœur avec le Vietnam, par le mariage ou par l’adoption. Enfin, en trois ans, le nombre des visas pour études a triplé. La France fait désormais partie des trois premiers pays choisis dans le monde par les futurs cadres vietnamiens pour parachever leur cursus universitaire et ils le font généralement de façon particulièrement brillante. Cette proximité, cette affinité, cette intimité contribuent à resserrer encore l’affection, car c’est le mot qui convient, qui nous lie.

Mesdames, Messieurs,

Le bien-être de nos compatriotes à l’étranger doit être bien sûr une préoccupation de chaque instant pour notre communauté nationale. Là où il y a une part de France, c’est toute la France qui réside.

Je connais vos préoccupations. Vos élus, que je salue bien cordialement ici, me les rapportent régulièrement. Je connais vos succès : le lycée Yersin de Hanoi et l’école Colette d’Hô Chi Minh-Ville brillent par leurs performances. Je connais aussi votre belle solidarité : je veux ce soir vous dire toute mon estime pour l’attitude exemplaire, je dis bien exemplaire, que, avec nos représentants sur place, vous avez eue lors de l’épidémie de SRAS qui a si cruellement frappé le Vietnam et en particulier, hélas, certains d’entre vous au début de l’année 2003.

Votre sérénité, votre simplicité et votre courage dans ces circonstances difficiles ont forcé l’admiration. Vous avez fait honneur à la France. Cette France que vous servez par votre présence et par toutes les compétences que vous déployez.

Mes chers compatriotes,

Vous incarnez au Vietnam une certaine idée de la France. Par votre solidarité, votre réussite, les valeurs qui nous rassemblent et que vous faites vivre ici. Vous portez haut l’image de notre pays et vous soutenez une nation qui nous est chère, et dont l’avenir nous tient particulièrement à cœur, le Vietnam. Soyez en très très chaleureusement remerciés.

Et avant de prendre avec vous le verre de l’amitié, nous allons entendre et je m’en réjouis, la Marseillaise entonnée par de jeunes élèves du Conservatoire national de Hanoi. Je voudrais les remercier de ce geste d’amitié, leur dire l’émotion que nous ressentons aujourd’hui à les entendre, leur dire aussi avec ma reconnaissance tous mes vœux de bonheur pour vous et vos familles, de réussite dans la vie pour vous et votre pays, le Vietnam.

Vive la République et vive la France !

publié le 20/03/2006

Haut de page