Allocution de Mme Girardin au Centre de Formation pour la Maintenance Industrielle

Monsieur le Recteur,
Monsieur l’Ambassadeur,
Monsieur le Directeur,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

C’est un grand plaisir pour moi de visiter votre Institut Polytechnique, et d’y dévoiler cette plaque qui concrétise l’aboutissement du projet de Centre de Formation pour la Maintenance industrielle.

JPEG - 29.8 ko
Mme Girardin en visite au CFMI, le 15 septembre. © Di Giorgio

La vocation de la coopération française est d’aider au lancement de projets qui doivent ensuite pouvoir trouver leur autonomie, pour assurer leur pérennité. Tel est bien le cas aujourd’hui, puisque c’est à l’origine un projet de formation financé par la France au titre de son Fonds de Solidarité Prioritaire qui vous est remis aujourd’hui, au moment où il arrive à son terme, pour que vous preniez le relais dans son fonctionnement.

D’un point de vue plus global, la France ne ménage pas ses efforts en faveur de la formation : au total, elle y consacre chaque année plus d’un milliard d’euros, en bourses d’études, en appuis aux systèmes éducatifs, ou encore par l’accueil gratuit d’étudiants étrangers dans ses universités.

Ici, à l’Institut Polytechnique, l’aide de la France a consisté à acquérir auprès d’entreprises françaises et européennes un matériel performant. Plus encore, nous nous sommes attachés à opérer un transfert de savoir‑faire, avec la formation d’une équipe de jeunes professeurs compétents et motivés qui auront à cœur de faire fructifier les savoirs qu’ils ont acquis, au service de l’établissement.

Le cœur de métier de la coopération, c’est ce transfert de savoir et de savoir‑faire. C’est donc une réelle satisfaction pour la Ministre de la Coopération que je suis, de pouvoir ainsi mesurer très concrètement, sur le terrain, les réalisations accomplies au profit du développement de nos pays partenaires.

JPEG - 18.9 ko
Mme Girardin dévoile la plaque du CFMI, le 15 septembre. © Di Giorgio

Ce Centre de Formation à la Maintenance Industrielle répond en effet à un besoin bien identifié de l’économie vietnamienne, qui manque encore de cadres intermédiaires compétents. L’établissement vient ainsi utilement compléter le dispositif similaire déjà initié à Ho Chi Minh Ville, et il dote le Vietnam de centres de formation modernes et performants.

* * *

Pour conclure, je voudrais remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce projet, et tout particulièrement les autorités de l’Institut polytechnique, qui ont toujours montré une grande implication.

Je souhaite au CFMI une longue et prospère existence, au service de la coopération entre nos deux pays.

publié le 18/10/2006

Haut de page