Historique et cadre institutionnel des échanges [vi]

Le XIXe siècle a vu naître les premières relations entre la Médecine française et la Médecine vietnamienne. Le premier accord de coopération, conclu dans les années 1880, portait sur la mise en place à Hanoi d’un « Brevet d’enseignement aux techniques médicales » permettant aux jeunes praticiens vietnamiens de s’initier à la Médecine française en général et à la vaccination, à la petite chirurgie et à l’ophtalmologie en particulier.

Le Vietnam est devenu le théâtre du développement de la vaccination et de la recherche bio-médicale, avec l’ouverture en 1890 du premier Institut Pasteur d’outre-mer à Saigon, puis de l’Institut Pasteur de Nha Trang et de celui de Hanoi. Ces instituts contribuèrent à l’essor des disciplines de l’épidémiologie, de la santé publique et de la médecine tropicale. Le développement des techniques de radiographie et de radiothérapie se manifesta avec la création dans les années 20 de l’Institut du Radium de l’Indochine.

JPEG - 29.6 ko
Alexandre Yersin

Au début du vingtième siècle, en 1902, fut créé à Hanoi le Collège de Médecine de l’Indochine, dirigé par Alexandre Yersin qui jeta les bases de la formation universitaire dans le secteur de la santé. A partir de 1904, les étudiants en Médecine vietnamiens se virent confier des responsabilités au sein du jeune système de santé vietnamien. Les premiers stages dans les hôpitaux français commencèrent en 1909. L’Ecole de Médecine de Saigon, branche du Collège de Médecine de Hanoi, ouvrit ses portes en 1947.

Pendant les années de guerre, médecins français et vietnamiens sont restés en contact étroit et l’enseignement de la médecine française a perduré. De nombreux médecins vietnamiens issus de la formation française ont été étroitement liés à la lutte pour l’indépendance du Vietnam, comme le Doyen Ho Dac Di, qui effectua en 1945 la première rentrée universitaire de la faculté de médecine dans le maquis, le Professeur Ton That Tung, chirurgien diplômé en 1937 qui installa à partir de 1946 des hôpitaux de campagne mobiles, ainsi que le Professeur Nguyen Van Huong, chef de laboratoire de l’Institut Pasteur de Saigon qui fabriqua des vaccins dans le maquis et devint Ministre de la Santé en 1968.

Dès 1984, les ébauches de la coopération franco-vietnamienne dans le domaine de la santé ont été tracées avec l’accueil de jeunes spécialistes vietnamiens dans les hôpitaux français en tant que faisant fonction d’internes (FFI). Une coopération plus complète et aux objectifs clairement définis s’est progressivement mise en place pour aboutir à la signature, le 10 février 1993, d’accords intergouvernementaux dans le domaine de la santé. Depuis lors, de nombreux programmes de coopération ont vu le jour et se sont développés en fonction des besoins de la communauté médicale et de la population vietnamienne.

Les enjeux actuels en matière de coopération santé consistent à mieux intégrer l’action de la France à l’action multilatérale en réponse aux stratégies élaborées par le gouvernement vietnamien.

publié le 26/03/2014

Haut de page