Rage

La rage est endémique au Vietnam ainsi que dans toute l’Asie du Sud-Est. Quelques chiens au comportement très anormal ont été observés dans la ville de Hanoi. Même si aucun cas de chien enragé n’a été officiellement rapporté, la plus grande prudence vis à vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire vietnamien.

1. Santé humaine

C’est une maladie constamment mortelle une fois déclarée, et qui se transmet à l’homme par morsure, griffure ou léchage d’une plaie même minime par un animal contaminé (le plus souvent chien ou chat présentant un comportement anormal, souvent agressif). Elle sévit en milieu rural mais aussi urbain. Toute personne mordue, griffée ou léchée par un animal suspect peut être contaminée.

Les premiers soins de la plaie, à commencer sur place rapidement, consistent en un nettoyage et un lavage soigneux à l’eau et au savon. La personne blessée doit rapidement consulter un service médical recommandé par l’Ambassade ou directement le centre anti-rabique le plus proche :

- Hanoï (National Institute of Hygiena and Epidemiology - NIHE, 1 Yersin - 04 38212416)
- Institut Pasteur de Ho Chi Minh-Ville (167 duong Pasteur, Ho Chi Minh-Ville - tél. : 84 388 230 352
- Institut Pasteur de Nha Trang (8-10, tran phu, Nha Trang - tél. : 84 58 38 22 405)

Il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée, le seul traitement étant basé sur une vaccination dite "post-exposition" par 4 à 5 injections selon les cas, éventuellement complétée, en cas de morsure profonde, par une injection de sérum antirabique au niveau de la morsure.

Par ailleurs, la vaccination préventive, en dehors de toute exposition au virus, comprend 3 injections initiales (J0 - J7 - J21 ou J28), suivies par 1 rappel à 1 an puis tous les 5 ans. Elle est particulièrement recommandée pour les professions à risques, les enfants en bas âge, les amateurs de jogging, mais aussi pour toute personne susceptible de rentrer en contact avec un animal atteint, surtout en cas de séjour en milieu rural et en cas d’éloignement des villes principales.

Le Vietnam étant une zone d’endémie de la rage, cette vaccination préventive est recommandée pour tout séjour dans ce pays. Cependant même vacciné, il est nécessaire de consulter le centre anti-rabique après une morsure, et un rappel sera tout de même fait par 2 injections seulement, sans injection locale de sérum.

Enfin, il faut recommander aux propriétaires de chiens ou de chats de s’assurer de la vaccination antirabique correcte de leurs animaux.

Il peut être utile de se reporter aux sites suivants de l’Institut Pasteur :

http://cmip.pasteur.fr/cmed/csrage.html

http://cmip.pasteur.fr/cmed/voy/frame-vacrythme.html#rage


2. Santé animale

La prévention du risque de rage humaine passe par la vaccination des mammifères exposés. A ce titre, les propriétaires de chiens et de chats sont invités à vérifier l’état de vaccination de leurs animaux.

La vaccination antirabique des carnivores domestiques est annuelle (première vaccination à partir de l’âge de 3 mois avec une seule injection puis rappels annuels).

Il est fortement conseillé à tout propriétaire de carnivore domestique de compagnie de présenter sans délai son animal à un vétérinaire s’il observe des signes cliniques évocateurs de rage. Chez l’animal, la rage peut se manifester, entre autre, par un ou plusieurs des signes suivants : animal mordeur, comportement anormalement agressif, hypersalivation, hyperesthésie (sensibilité exacerbée), paralysie, hallucinations avec aboiements, animal cherchant à se cacher.

Par ailleurs, il est rappelé aux personnes qui envisagent de voyager avec leur animal de compagnie que la réglementation européenne encadre les mouvements des carnivores domestiques (chats, chiens et furets) afin de limiter le risque d’introduction de maladies animales, notamment la rage (Règlement communautaire n° 998/2003 du 26 mai 2003).

Pour pouvoir être importé sur le territoire de l’Union européenne, tout carnivore domestique de compagnie en provenance de pays où la rage n’est pas maîtrisée doit :

  • être identifié (tatouage ou micropuce implantée sous la peau),
  • avoir une vaccination antirabique en cours de validité (primo-vaccination et rappels),
  • avoir subi un titrage sérique des anticorps antirabiques dans un laboratoire agrée de l’Union européenne réalisé au moins 3 mois avant son arrivée dans l’Union européenne. Le résultat du titrage sérique doit être supérieur ou égal à 0,5 Ul/ml.

Pour tout complément d’information, se reporter au site Internet du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche :

http://www.agriculture.gouv.fr/

publié le 24/06/2011

Haut de page